Mots-clés

Aucun mot-clé spécifié pour le moment

Le Laboratoire cosmétique Douceur des Neiges a été interviewé par Nathalie Cauquil, journaliste pour le quotidien préféré des Ariégeois : La Dépêche du Midi, Edition Ariège. Le lien direct en cliquant sur la photo : 

Dépêche de l'Ariège 28 09 2015

Un superbe article à découvrir directement sur le site de La Dépêche ou cité ci-dessous : 

"Laura Doumenjou a créé son laboratoire de produits cosmétiques à base d'ingrédients d'origine naturelle. Installée dans la maison fuxéenne de ses aïeux, elle jongle entre sa production et son travail de professeur.

Formulatrice en cosmétique, gérante, mais aussi professeur. Laura Doumenjou n'a guère le temps de s'ennuyer. Véritable femme d'affaires, elle a créé en 2012 son laboratoire de cosmétiques, «Douceur des neiges». Son credo : des produits naturels doux, sans paraben, sans parfum synthétique, et sans huile essentielle. «J'ai travaillé dans plusieurs laboratoires et j'ai fini par faire une réaction allergique aux huiles essentielles, confie-t-elle. J'ai voulu utiliser d'autres produits naturels mais je n'en ai pas trouvé qui me convenaient. Alors je me suis lancée».

Née à Béziers, Laura Doumenjou a validé un master professionnel de chimie en ingénierie des cosmétiques à Montpellier. Elle a ensuite effectué un stage aux laboratoires du Plantaurel, à Pamiers. Un retour vers ses racines ariégeoises, puisque ses grands-parents habitaient déjà à Foix.

Après un partenariat avec le site appaméen, qui lui a permis de mettre au point ses produits, elle s'est installée dans la maison de ses grands-parents, au sein de la cité comtale en 2014. Dans la petite surface qu'elle a aménagée, elle couvre la fabrication de A à Z, depuis l'achat des produits jusqu'à l'étiquetage, en passant par le chauffage des ingrédients et le conditionnement. «Quand je suis dans mon laboratoire, il ne faut pas me déranger. Ce n'est même pas la peine de frapper à la porte, je ne réponds pas !», affirme-t-elle en riant.

La chimie, du labo au tableau

La jeune femme revendique sa rigueur en toutes circonstances. Si elle ne manque pas une occasion d'arpenter les marchés avec son stand, elle n'oublie jamais les petites spatules pour empêcher les curieux de plonger leurs doigts dans les produits. «Je mets aussi des boîtes vides en devanture car une boîte pleine qui a été ouverte ne peut plus être vendue ensuite», précise-t-elle.

Son sérieux, la jeune femme l'a mis au service des autres. En plus de faire tourner sa petite entreprise, elle est en effet professeur au lycée Jacquard de Lavelanet. Elle y enseigne la physique-chimie, bien sûr, mais aussi les mathématiques. «J'avais déposé mon CV sur le site de l'Éducation nationale mais je n'ai jamais eu de nouvelles, explique-t-elle. Entre-temps j'ai créé Douceur des neiges, et puis j'ai été appelée l'an dernier, pour un contrat qui va jusqu'à fin février. Ensuite, je serai à mi-temps, ce qui me permettra d'avoir plus de temps à consacrer aux cosmétiques». En attendant, Laura Doumenjou s'occupe de la fabrication pendant les vacances scolaires, principalement. Ce double emploi lui permet d'arrondir ses fins de mois. Car créer un laboratoire demande un budget conséquent. «Pour l'instant j'ai neuf produits dans ma gamme. Pour pouvoir les commercialiser, il faut compter entre 1 000 et 1 500 € de tests pour chacun, par un laboratoire indépendant».

Après les produits pour la peau, des soins pour les cheveux pourraient bientôt venir compléter la panoplie de Douceur des neiges, grâce à un partenariat avec l'université de Montpellier. La chimiste ne manque pas de projets : former des jeunes, collaborer avec des blogueuses sur Internet… Son premier objectif serait d'embaucher un apprenti en communication et marketing. «Même si j'ai reçu une formation sur ça, je suis plus à l'aise dans la confection des produits, avoue-t-elle… À chacun sa spécialité!»


Où les trouver ?

Les cosmétiques de Douceur des neiges sont disponibles dans la boutique fuxéenne Made in Ariège, rue Lafaurie. Les tarifs varient entre 3 et 27 €, selon le format (15 à 200ml) et les produits : crème pour le visage, les mains, huile ou baume de massage, lait pour le corps, crème de douche… Des tarifs certes plus chers qu'en grande surface, mais uniquement à base de matières premières non chimiques. Laura Doumenjou privilégie les produits régionaux et naturels : miel, huile de noisette, arnica, millepertuis. «J'ai de très bons retours, notamment de la part de personnes à la peau sensible, souffrant d'eczéma ou de psoriasis».


En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2015/09/28/2186078-des-cosmetiques-naturels-fabriques-dans-la-cite-comtale.html#BkKuX5JRDGkQ3D2y.99